RECHERCHER UN PHOTOGRAPHE PAR SON NOM :

MARK TELLOK

  • Gris Icône Instagram
  • Facebook

Né en France. C'est à Paris qu'il commence ses études en Arts-Graphiques, pour les terminer en Belgique, aux Beaux Arts de Bruxelles. Après différents stages en agence de publicité, il adopte la vie bruxelloise et s'installe comme "graphic-designer" indépendant. Après trois années de collaboration avec l'équipe de Totem il traverse la manche et s'installe à Brighton, sur la côte sud de l'Angleterre. Deux années avant de reprendre ses cartons à dessins pour retraverser la manche, destination : la France. Quatre années dans la capitale française, le temps de refaire ses valises et d'entreprendre cette fois la traversée de l'atlantique pour venir s'établir dans la "belle province". Ayant résidé à Montréal de 1996 à 2004, puis dans le sud ouest de la France de 2004 à 2018, le voilà maintenant dans les vosges du nord, prêt pour de nouvelles aventures.

_______________

Image : expression évoquant la réalité par analogie ou similitude avec un domaine autre que celui auquel elle s’applique ; figure, métaphore (Le Petit Larousse). Dans un monde saturé d’images, comment créer encore la surprise et le plaisir, allumer l’étincelle d’un sourire et, pourquoi pas, d’une pensée ? Du frottement des représentations naissent ici de nouveaux paysages, mélancoliques, absurdes, poétiques. Ils donnent à voir ce que nous ne savons plus regarder, l’inépuisable beauté du quotidien, la matière même de nos vies. Je suis un “faiseur d’images” et un photographe, j’aime utiliser, mes prises de vue comme une matière première, et pas seulement comme une fin en soi. Un certain regard sur les choses, sur les choses derrière les choses. “L’oeil qui a vu transmet un rêve éveilleur d’émotion.” Peter Knapp.


 

Corps à cor

C’est la rencontre de deux cor(p)s issus d’univers différents. Corps, avoir du corps, à corps perdu, corps et âme, donner corps, faire corps, prendre corps, corps de ballet. Deux cor(p)s qui se touchent, se croisent et s’emboitent, qui se regardent et se repoussent, pour finir en un “corps à cor” où l’image de l’un se reflète dans l’autre, où la froideur du métal contraste avec la chaleur de la peau. Où les lignes, toutes en rondeur, de ces cor(p)s féminins, se prolongent et se superposent.
Merci à Johanna et à Lucie, les deux modèles qui se sont prétées à cet exercice.

Dialogue

C’est la rencontre de deux photos issues de lieux et d’univers différents. Deux images qui à première vue n’ont rien en commun et dans lesquelles en  regardant de plus près, on découvre un lien, un “dialogue” qui s’instaure entre deux instants, deux lieux ou deux objets. Observation de scènes du quotidien, réflexion sur certains comportements irresponsables des humains vis à vis de notre planète ou tout simplement composition graphique, “Dialogue” c’est la représentation de l’absurde, du grotesque, de l’humour, du déconcertant. C’est aussi l’art de la composition, de l’association et de l’harmonie.

Les textes qui accompagnent les photos  sont de la journaliste Françoise Moinet.

Paris

Se promener dans une ville la caméra posée sur la hanche, la photographier, non pas comme un touriste, mais comme un capteur d’images, de lumières, de formes et de mouvements. Comme dans un rêve, l’observateur, déambule dans des paysages parfois surréalistes à la recherche de tableaux urbains, entre passé et présent, peinture et photographie, en quête d’un univers où l’illusion fusionne avec le réel.

Photosillus

Je suis venu à la photographie tardivement. Après avoir exercé pendant plus de quinze ans la profession d’illustrateur, pour la presse et l’édition, je me suis essayé à la peinture puis au design d’objets. Il m’arrive de penser que tous les chemins que j’ai suivi m’ont amené à la photographie. Le travail que je présente ici est à mi chemin entre l’illustration et la photographie. Mon point de départ est la photo, argentique ou numérique, que je mets en
scène dans un environement graphique et illustratif, puisé dans mes carnets de dessins ou dans l’univers de la peinture moderne et contemporaine. Le produit final donne naissance à une nouvelle image dans un style que j’ai nommé : “photosillus”.