RECHERCHER UN PHOTOGRAPHE PAR SON NOM :

HÉLÈNE NUGNES

  • Facebook

Hélène Nugnes est une photographe autodidacte d’inspiration humaniste, passionnée par l’«Autre» et les rapports humains ; elle mêle enquête socio-anthropologique et photographie. Après plusieurs années à évoluer par le numérique, elle réalise un retour aux fondamentaux par l’acquisition d’une chambre photographique. 

Ce médium lui permet de créer un autre rapport avec le modèle. Ainsi émergent à la fois une tension par le temps de pose et le caractère unique de la photographie mais également une proximité par l’approche photographique originale. 

Chaque détail doit être pensé en amont, chaque mouvement du modèle va être observé, ainsi que le placement de la lumière sur chaque partie de son corps. Malgré cette réflexion antérieure à la prise de vue, l’accident est souvent au rendez-vous et nous amène vers d’autres chemins. 

Encrages

Encrage, Portraits de corps et d’esprit

L’utilisation de la chambre photographique comme médium permet d’atteindre des flous particuliers. Ces derniers nous amènent vers l’interrogation et l’envie de la découverte du portrait physique et psychique de la personne photographiée.
Pourquoi ce choix de tatouage ? A-t-il un lien avec son histoire ? Est-il le choix du destin ou du hasard ?

La série tentait au départ d’interroger les personnes sur le pourquoi de l’encrage définitif sur la peau de tel ou tel tatouage. Elle a au final évolué pour laisser part à l’imaginaire et devenir une invitation au voyage. Elle nous conduit sur des pistes de la représentation de l’être par le paraître. Notre pensée, en lien avec notre éducation individuelle et collective, tentent de percer les mystères de l’autre pour en imaginer des portraits au final inaccessibles.

Family tripe

Family tripe se veut être un voyage intérieur vers nos fantasmes, peurs, amours et interrogations liés à la famille et à l’enfance, à travers les méandres de nos pensées.

Rencontres éphémères. L'art de la performance

Immortalisant les artistes performeurs, la série a été menée au Polaroïd à la chambre photographique. La disparité des rendus liée à l’utilisation de différentes types de Polaroïds renforce la diversité des performances de chaque artiste aux revendications identitaires, sociales ou politiques. Des interviews audio ont été réalisées pour mieux appréhender leurs performances et leurs parcours.

 

Les rencontres éphémères se déclinent en trois niveaux : l’interaction du performeur avec la scène, celle du photographe avec le performeur, et enfin le lien nouveau et subtil de l’observateur de la photographie face à la représentation artistique. L’esprit de chacun pourra dès lors se plonger dans les pensées fantasmagoriques de chaque performeur.

 

Des interrogations seront ainsi soulevées au fil des photographies sur les types de performances et leurs divers significations ; les entretiens enregistrés viennent y répond partiellement et aident à mieux décrypter les démarches des artistes tout en laissant une part de poésie et de mystère.